Une des plus belles vues du Lot :

Surplombant les vallées de la Dordogne, de la Cère et de la Bave, la cité médiévale de Loubressac dresse sur son promontoire son château, son église et les toits de ses maisons coiffés de belles tuiles brunes. "Si Montal est capable de loger un roi, Loubressac possède une des plus belles vues du royaume" écrivait Savinien d'Alquié en 1670. Et c'est vrai que le panorama que propose du haut de ses murs, le vieux village fortifié est splendide ! De ce balcon du Haut-Quercy se développe du nord au sud l'un des plus harmonieux paysages de la vallée de la Dordogne : les châteaux de Turenne, Castelnau, Saint-Laurent, Montal, la ville de Saint-Céré et les premiers contreforts du Massif central. En plus de cela, Loubressac dispose également de richesses intrinsèques.

 Un des plus beaux villages fleuris :

Ses ruelles étroites et sinueuses, ses maisons bâties en belles pierres ocres, ornées de balcons et d'escaliers fleuris ou garnis de treille et ses anciennes portes sont autant de trésors. Auxquelles il convient d'ajouter, l'église Saint Jean-Baptiste, chapelle du 13e siècle avec son Christ en majesté et ses lions en marbre rose d'origine carolingienne. Coiffées de vieilles tuiles, les maisons médiévales de pierre calcaire s'éclairent des chauds reflets du soleil. Dominée par son château sur un promontoire naturel, manoir du 15e siècle qui domine le bourg de toute sa majesté. Le village offre une large vue sur la vallée de la Dordogne et de la Bave. Tout cela fait de Loubressac une cité attachante où il fait bon vivre. Plus beau village fleuri du Lot, le village a obtenu en 1989 et 1990 le Premier Prix des villages fleuris de Midi-Pyrénées. De Loubressac partent de nombreux chemins de randonnée qui relient tous les hameaux environnants. En les sillonnant, le visiteur découvrira au hasard fontaines ou dolmens, et débouchera sur le Causse tout proche.

Historique :

Site gallo-romain au lieu dit l'Eglise-Basse. Le bourg se réfugia au 14ème derrière les remparts du nouveau château construit par Adhémar d'Aigrefeuille sur un éperon. La terre eut le titre de baronnie jusqu'en 1789.